L’autisme, une maladie incomprise en France

La journée de l’autisme était organisée en avril pour la 10ème année. L’occasion pour nous de faire un point sur la gestion de l’autisme en France.

L’histoire est criblée d’exemples d’intolérance dirigée contre l’atypique. La crainte de ce qui diverge de la «norme», et amène de préjugés sans fondement. En France, les personnes atteintes d’autisme font face à de nombreux préjugés. Pour combattre cette maladie, il devient urgent de changer la façon dont elle est perçue. Focus.

 

La France en retard sur le sujet de l’autisme

En plus des diagnostics tardifs, l’insuffisance des structures d’accueil, le manque d’accompagnement adéquat, avoir un enfant autiste est un véritable combat face aux regards des personnes. En France, des efforts ont été faits durant ces années pour soulager les familles, avec l’accompagnement de psychiatres, de psychologues et d’éducateurs spécialisés. 


Mais la France accuse toujours un retard dans la prise en charge de l’autisme, comparé à d’autres pays comme les Etats-Unis, l’Angleterre, la Belgique, l’Italie. En Belgique, par exemple, cela fait plusieurs années qu’il existe des Foyer d’hébergement pour les autistes, tel que Les Lotus. Ce centre, situé à la frontière franco-belge, accueille plusieurs Français dont les familles ont été séduites par la qualité de l’accompagnement des résidents.

L’autisme en milieu scolaire

L’intégration des enfants autistes dans le milieu scolaire relève pour le moment de l’utopie à cause du conflit de personnes et de méthodes. Malgré une bonne politique sociale, l’assistance à l’handicap est la bête noire du système de santé français. Les autistes sont jugés, marginalisés et les parents abandonnés à leur propre sort. La plupart d’entre-eux quittent leur travail pour se consacrer exclusivement à leurs enfants autistes. La France manque cruellement d’écoles spécialisées, d’éducateurs bien formés, de services à domicile, et un bon suivi des personnes atteintes d’autisme. Actuellement les types de prises en charge offerts sont les hôpitaux de jour, les centres médicaux psychologiques etc. 

Le diagnostic tardif

Souvent qualifié de maladie, de psychose, d’handicap ou troubles, le syndrome de l’autisme reste encore méconnu. Les Français ont du mal à identifier les caractéristiques de l’autisme, qui se manifestent de façon différente pour les patients. Ces derniers sont généralement sensibles aux bruits, à la lumière, au toucher, à l’odeur, et une difficulté du langage variable.

Le retard dans le diagnostic des enfants autistes pose aussi un réel problème, car les caractéristiques comportementales ne se manifestent pas avant 18 ou 36 mois. Le personnel médical a du mal à saisir l’intérêt que représente la coordination entre diagnostic et prise en charge. Le diagnostic précoce présente de nombreux avantages pour le développement de l’enfant, d’où l’intérêt de la mise en place d’un dispositif d’aide adaptée.

Le suivi précoce et l’intervention intensive des enfants autistes apportent une amélioration au niveau du langage, et de comportements sociaux et réduisent de façon significative les troubles autistiques. Les chercheurs doivent trouver des moyens de développer et de valider les programmes d’intervention adaptés.

Il reste donc pas mal de choses à faire. En attendant les frontaliers se tournent vers la Belgique pour accompagner leurs proches qui en ont besoin.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
L’autisme, une maladie incomprise en France, 10.0 out of 10 based on 1 rating
This entry was posted in Informations pratiques. Bookmark the permalink.