Petit tour d’horizon du métier d’aide soignant

Le métier d’aide-soignant est plus méconnu du grand public que celui d’infirmier, et pourtant, sa fonction est tout aussi indispensable au bien-être du patient, qu’il soit hospitalisé ou soigné à son domicile.

Quel est son rôle ?

Sous la responsabilité de l’infirmier, l’aide-soignant accomplit auprès du malade des tâches de maintien d’hygiène et de confort. Il assiste le patient en perte d’autonomie durable ou momentanée, assurant la toilette, le service des repas (parfois la prise des repas), les manipulations (lever, coucher, etc…), ou encore l’entretien de la literie.

Si sa fonction n’est pas purement médicale, l’aide-soignant est tout de même amené à effectuer des tâches comme la prise de température, la pesée du malade ou encore le remplacement de certains pansements.

Quel est son environnement de travail ?

L’aide-soignant est amené à travailler dans différents environnements. Le métier d’aide-soignant ne se limite en effet pas à l’univers hospitalier. Sa fonction s’exerce également en maison de retraite et même au domicile des patients lorsque leur maintien à domicile a été préféré à l’hospitalisation.

L’aide-soignant est amené à travailler de jour comme de nuit en fonction des postes et des services. Ses journées de travail sont généralement longues (jusqu’à 12 heures), et concentrées sur quelques jours dans la semaine. Il peut travailler en semaine comme les week-ends, ainsi que les jours fériés.

Les qualités nécessaires à sa fonction.

Dans la mesure où il est au contact permanent du patient, la pratique du métier d’aide-soignant requiert des qualités d’écoute et d’observation autant qu’une bonne forme physique. Selon le service auquel il est affecté, l’aide-soignant est amené à travailler auprès d’enfants, d’adultes et de personnes âgées, et doit s’adapter à chaque patient, le mettre à l’aise, calmer ses angoisses et repérer les signes avant-coureurs d’un changement de son état de santé afin d’en alerter l’équipe médicale.

Comment devenir aide-soignant ?

Le métier d’aide-soignant est accessible sur concours et sans diplôme. Le concours donne accès à une formation d’un an, débouchant sur le Diplôme d’État d’aide-soignant. Les titulaires du baccalauréat ou d’un diplôme équivalent, ainsi que les élèves infirmiers justifiant d’une première année de formation sont dispensés des épreuves écrites d’admissibilité au concours.

Quels débouchés ?

Majoritairement occupé par des femmes, le métier d’aide-soignant s’ouvre de plus en plus aux hommes. Malgré un contexte économique difficile, les offres d’emploi d’aide-soignant ne manquent pas. La profession compte plus de 300.000 postes en France, dont une dizaine de milliers se libèrent chaque année. Le vieillissement de la population tend du reste à accroître les besoins, ce qui devrait, ces prochaines années, multiplier les offres d’emploi d’aide-soignant.

Les perspectives d’évolution sont par ailleurs réelles, avec notamment la possibilité de se diriger vers la profession d’infirmier dans des conditions facilitées. Le candidat doit pour cela justifier de trois années d’expérience en milieu hospitalier.

Le titulaire du Diplôme d’État d’aide-soignant peut par ailleurs préparer le diplôme d’auxiliaire de puériculture en suivant une formation raccourcie.

This entry was posted in Informations pratiques and tagged , . Bookmark the permalink.