Différences entre aide soignante et infirmière : missions, salaire, santé

En première ligne devant les attentes – et parfois – les souffrances des patients, aides-soignantes et infirmières prodiguent de nombreux soins quotidiens et constituent de précieuses auxiliaires de santé. Si elles sont indispensables au bon fonctionnement des cliniques et des hôpitaux, elles exercent aussi en libéral,
le plus souvent au domicile de leurs patients. Découvrez les différences et les points de convergence entre ces deux métiers passionnants !

Aide-soignante : un métier de santé accessible

Le métier d’aide-soignant(e) est souvent une porte d’entrée dans les métiers de la
santé
. Il permet à celles et ceux qui désirent travailler dans le monde de la santé d’être en contact avec les patients, le plus souvent dans des structures comme des cliniques ou des hôpitaux.

L’aide-soignant(e) assure des soins de confort et d’hygiène sous la supervision de l’infirmier. Il est amené à réaliser des actes médicaux simples et pourtant indispensables : toilette, habillage, repas des patients, mais aussi remplacement de pansements ou de perfusions. Sans ces professionnels investis au service des clients, la qualité des soins pratiqués dans nos cliniques et hôpitaux serait fortement dégradée.
Pour exercer ce métier, vous devez suivre une formation d’un an qui débouche sur l’obtention d’un Diplôme d’Etat d’Aide-Soignant (ou DEAS).

Celui-ci est ouvert à tous, sous condition de réussir un examen d’admissibilité. Certains diplômes (BAC, CPA accompagnant éducatif petite enfance…) vous dispensent de ces épreuves d’admissibilité. Les aides-soignants sont généralement salariés d’un établissement de soins privé ou public, pour un salaire avoisinant le SMIC.

Infirmière : un maillon précieux au cœur de la chaîne de soins

Les infirmières font partie des professions les plus
appréciées des Français, qui leur reconnaissent de nombreuses qualités. En
première ligne, les infirmières procèdent aux différents soins qu’exige l’état
de santé des patients : prise des constantes (tension, température…), réalisation
de prises de sang et prélèvements médicaux, préparation de médicaments, pose
d’une perfusion… Elles constituent les véritables bras droits des médecins et assurent aussi dans ce cadre des tâches
administratives et suivent les dossiers médicaux. Des spécialités peuvent être suivies, comme celles d’infirmière
anesthésiste ou d’infirmière puéricultrice.

Devenir infirmière demande de posséder un diplôme d’Etat d’infirmier. Celui-ci
s’obtient au terme d’une formation préparatoire de trois ans au sein d’un IFSI, ou Institut de Formation aux Soins
Infirmiers. La profession est sélective : l’admission dans un IFSI se fait sur
concours.

Aujourd’hui, selon le CIDJ, 85% des infirmières sont salariées dans un établissement public ou
privé, avec une rémunération débutant à 1700 € bruts par mois en début de
carrière. Ce métier est toujours fortement féminisé : toujours selon le CIDJ,
87% des infirmiers sont des infirmières !

Aide-soignant(e) et infirmier(e) s’exercent aussi en indépendant

Vous désirez travailler au contact des patients pour leur venir en aide mais ne voulez pas suivre de longues études pour devenir médecin,
et vous ne désirez pas non plus être salarié(e) : sachez que les métiers d’aide-soignante et d’infirmière savent aussi très bien s’affranchir du
salariat et s’exercent en libéral ! Exercer en libéral permet de gérer son emploi du temps librement et d’obtenir généralement une rémunération plus attractive: jusqu’à 2500 € par mois en acceptant un planning chargé.

Devenir infirmière libérale

Une personne titulaire d’un diplôme d’état d’infirmier ne peut pas forcément exercer en libéral ! En effet, pour se « mettre à son
compte », il est important de disposer d’une expérience minimum : 3200 heures d’activité professionnelle sur les six dernières années, en France
ou dans un pays de l’UE ou en Suisse. Une expérience professionnelle peut être exigée en cas d’arrêt d’activité depuis plus de six ans.

De nombreuses formalités administratives attendent les infirmières qui ont l’expérience requise. En premier lieu, la future infirmière libérale doit choisir son lieu d’implantation et être rattaché à un local professionnel : les conditions varient selon un zonage déterminant des zones sous-dotés ou sur-dotés en
professionnels de santé. Il faut commencer par s’inscrire au Conseil de l’Ordre des Infirmiers, enregistrer son diplôme à l’Agence Régionale de Santé,
s’enregistrer à la CPAM, déclarer son activité à l’URSSAF et s’affilier à la CARPIMKO. Par ailleurs, un infirmier libéral doit souscrire à une assurance de
responsabilité civile professionnelle.

D’autres frais sont à prévoir. Par exemple, il est conseillé d’adhérer à un contrat de mutuelle
TNS pour infirmière, auprès d’EOVI
Mcd
– partenaire de la Fédération Nationale des Infirmiers – ou d’un de ses concurrents : vous profiterez ainsi d’une couverture santé nécessaire en tant
que professionnel de santé. Il faudra également prévoir un équipement complet comme un lecteur de carte vitale et un logiciel infirmier libéral de qualité, indispensables pour exercer au quotidien, mais qui ont un coût.

Devenir aide-soignante indépendante

Vous êtes aide-soignante et vous ne voulez pas travailler
dans un hôpital ou une clinique ? Vous pouvez vous rapprocher d’une structure d’aide à domicile comme Aidadomi et travailler chez des personnes en perte d’autonomie (seniors, personnes en situation de handicap). Vous pouvez
opter pour un statut d’aide-soignante mandataire pour une structure agréée ou
devenir salariée de celle-ci.

Vous tenez farouchement à votre indépendance ? Demandez et
obtenez un agrément pour les services à la personne. Vous devez vous adressez à
la DIRECCTE. Toute la procédure est accessible en ligne : https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/R19148.
Attention : cet agrément est valable cinq ans et doit être renouvelé.

Plus que des métiers : des vocations !

Aide-soignante, infirmière : ces métiers ne demandent pas le
même niveau d’études mais celles et ceux qui l’exercent sont animés par une passion commune et un véritable sens du service.

Alors, la prochaine fois que vous croisez un professionnel de santé à votre chevet, à l’hôpital ou chez vous, aidez-le à mieux vivre cette abnégation quotidienne qui le caractérise en lui offrant votre plus beau sourire !

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)
This entry was posted in Présentation du métier. Bookmark the permalink.